Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Satan, ange déchu ou ange promu?

Publié le par Philippe Le Bihan

   Dans les trois religions monothéistes le récit de la création de l’Humanité par Dieu ne laisse, semble-t-il, planer aucun doute. Iblis, du nom duquel l’Islam qui est la seule religion à le nommer, c’est-à-dire Satan, refuse d’admirer la créature de Dieu, l’homme, et pour cela est déchu du Paradis et est promis aux feux de l’enfer.

   Pourtant tout n’est pas si simple, ni dans les pratiques cultuelles et ni même dans les textes sacrés.

   D’abord dans les pratiques cultuelles, propres à chaque terreau culturel dans lequel se développe chacune des trois religions abrahamiques. En effet, prenons le christianisme. Il est communément admis par les chrétiens que ceux qui se seront livrés au mal dans leur vie terrestre « descendront » en Enfer pour ? Pour être châtié par Satan et ses démons, autres anges « déchus ».

   Bref, si textuellement on lit que Iblis a été déchu, cultuellement on admet qu’il règne sur les Enfers, que les démons, autres anges déchus, sont en quelque sorte les « matons », les gardiens, des prisonniers éternels de l’Enfer. Ce serait donc plutôt une forme de « promotion ». En effet : Dieu règne aux Cieux, Iblis règne aux Enfers !

   Cela ne se vérifie pas que dans le christianisme, mais aussi dans l’Islam où même si on a une autre vision de l’Enfer et de l’ordre qui y règne, on a une vision, en tout cas pour ceux qui se prétendent au plus près du texte sacré, le Coran, tout aussi dualiste des choses.

   Ainsi, tout comme dans le judaïsme primitif, un démon, donc un ange déchu, voire Iblis lui-même, peuvent suite à une mauvaise action de ma part venir me tourmenter dans ma vie sur Terre, me « posséder » (vision commune d’ailleurs avec le catholicisme du Moyen-Âge). Et ce qui est perçu dans ce côté cultuel s’il est pratiqué, c’est que je ne suis pas « impur » car possédé mais bien possédé car impur !

   Dans l’Islam d’ailleurs les choses se compliquent : Allah peut décider de « jouer » avec le sort de ses créatures s’il lui en prend envie. C’est répété maintes fois dans le Coran que le destin de l’être humain est toujours entre les mains de Dieu.

   Mais il n’y a pas que le cultuel qui apporte cette dualité entre « déchu » et « promu », dans les textes sacrés aussi, même pris au pied de la lettre, cette dualité est introduite.

   Le premier exemple qui me vient en tête est le Livre de Job du judaïsme. Job, bien que juste et ne cessant de pratiquer assidûment ses devoirs religieux, se retrouve tourmenté par Satan ; atteint de malchance, de malheurs familiaux, de maladie, jusqu’à se retrouver dans un état de mourant. Comment est-ce possible ? Tout simplement, vision commune avec ce dont je parlais plus haut à propos de l’Islam, parce que Dieu l’a permis. Il l’a permis à qui ? À Satan lui-même qui est venu lui demander la permission d’éprouver la Foi de Job. Et cette entrevue a eu lieu où ? Au Paradis !

   Donc on voit, dans ce livre de Job, un Satan « déchu » ayant accès librement au Paradis pour aller débattre avec Dieu lui-même de la réalité ou non, de la solidité ou non, de la Foi d’un humain et pouvoir ensuite aller tourmenter cet humain par la suite.

   Bien entendu cela, en lien avec les pratiques cultuelles propres à chaque civilisation, permet de se poser la question « Dieu a-t-il déchu Satan et les démons ou bien les a-t-il promus ? ».

   Et bien que le sort de Satan semble scellé dans certains textes : il serait ainsi amené à disparaître, à être « désintégré » avec tous les pécheurs dans un grand feu qui les consumerait tous, si je prends une lecture littérale ; il n’en reste pas moins vrai que cela entre en contradiction avec ce qu’admettent les mêmes textes : le feu est éternel et chacun doit le subir éternellement, c’est-à-dire y brûler sans se consumer.

   Sur ce sujet je pense que le cogito n’en a pas fini de s’amuser : Satan a-t-il été déchu ? Mais alors pourquoi tant de pouvoirs sur l’Homme ? Satan aurait-il été promu ? Mais pourquoi lui qui n’a pas respecté la création divine ? Peut-être car en refusant de s’incliner, de s’agenouiller, devant l’être humain il obéissait ainsi à l’un des tous premiers commandements : « Tu n’adoreras que le Seigneur ton Dieu » ! Ou bien finalement, il a été les deux à la fois : libre de tourmenter les humains ici-bas, régnant sur les Enfers un temps puis, à la Fin des Temps, étant lui-même jeté dans les flammes éternelles avec ceux sur qui il croyait pouvoir régner à l’égal de Dieu ?

Voir les commentaires

Quand même les marxistes ne croient plus en Marx!

Publié le par Philippe Le Bihan

Considérations d'un démocrate royaliste de gauche sur le marxisme et les marxistes:

En fait aucun militant qui se dit marxiste, ni même (et encore moins) Mélenchon ou le président du PTB (pour la Belgique), ne croient en une seule petite ligne de ce qu'a écrit Karl Marx.

Non, les marxistes ne croient pas en Karl Marx!

Car s'ils y croyaient un temps soit peu, d'abord ils ne s'engageraient pas à l'extrême-gauche, mouvement qui prône un renversement du capitalisme par la violence alors même que Karl Marx décrit en long et en large dans «le Capital» (15 tomes encyclopédiques, faut le faire!) comment le capitalisme s'effondrera de lui-même d'abord par ses contradictions internes économiques puis sociales.

Ensuite ils ne s'engageraient pas non plus dans la gauche démocratique car celle-ci crée des aménagements au capitalisme qui freinent son développement, la modifient, et donc rend impossible l'apparition des contradictions internes prévues par Marx. Donc un marxiste ne peut pas être de gauche même démocratique car cela fait perdurer le capitalisme d'une part et d'autre part fait preuve qu'on ne croit pas en Marx.

Le vrai marxiste s'engage à droite car ainsi il oeuvre à l'avancement du capitalisme, à son essor, un essor de plus en plus rapide s'il y a de plus en plus de gens de droite et qui doit logiquement, si l'on en croit Karl Marx et ses 15 tomes du «Capital», aboutir à l'effondrement dudit capitalisme!

Sarkozy est un agent de la Corée du Nord en quelque sorte!

Bref... mort de rire sur les marxistes!

Voir les commentaires

8 Mars, annonciateur du 1er Mai!

Publié le par Philippe Le Bihan

Donc on le voit, le 8 mars est plus une journée de lutte des classes que de lutte des genres.Ainsi on notera que les...

Posté par Town Ground sur mardi 8 mars 2016

Voir les commentaires

Enseignements Nietzschéens; Nietzsche et Dieu.

Publié le par Philippe Le Bihan

 

Comme bien souvent pour les grands philosophes, et c'est une tradition antique, leur pensée profonde ne se révèle pas dans leurs écrits théoriques mais plutôt dans leurs romans philosophiques. Ainsi parlait Zarathoustra n'échappe pas à la règle.

D'abord le nom du personnage clef de voûte : Zarathoustra, voyons ce qu'en dit le Larousse : "Zarathoustra ou Zoroastre Iran VII-VI s av. J-C ... Sa réforme, le zoroastrisme, met l'accent sur la transcendance divine et prêche une morale d'action basée sur la certitude du triomphe de la justice". Il s'agit à l'époque d'un culte voué au soleil. Nietzsche choisit donc comme héros un théologien, un croyant.

Cela est significatif de ce que veut dire Nietzsche dans son livre. En effet, Ainsi parlait Zarathoustra est truffé de symboles religieux tant antiques que modernes. D'abord Zarathoustra, ermite, se nourrit de miel. Or l'abeille était vue par les philosophes grecs comme l'insecte qui apportait la lumière divine (le soleil) sous forme de miel sur la bouche des poètes qui ainsi étaient divinement inspirés. D’un autre côté cela nous rappelle Jean le Baptiste annonçant la venue de Jésus. Ensuite il est entouré tout le long du récit de deux animaux : un serpent (symbole de la chute hors d'Éden) et d'un aigle (seul animal réputé savoir regarder le soleil, Dieu, dans les yeux, symbolisant ainsi le retour en Éden).

Zarathoustra est à la quête du surhomme. Il entend dans la forêt un cri qu'il croit être celui du surhomme, il accourt et ne trouve qu'un simple mortel. Et ainsi plusieurs fois. La nuit tombée, il entend formellement le cri du surhomme et le voyant le reconnais comme tel : un lion ! Or le lion est un animal qui dans bien des religions mésopotamiennes et aussi la judéo-chrétienne représente Dieu, le Dieu monothéiste. (Le lion de la Tribu de Juda).

La question qu'on peut se poser est : Friedrich Nietzsche n'a-t-il pas cherché à démontrer que le surhomme était Dieu lui-même et, plus loin, l'homme retrouvé en Éden ; l'homme en communion avec Dieu ?

La seconde question à aborder est celle du Surhomme. Question clef dans l’œuvre de Nietzsche.

Et cela me fait remarquer une chose, c’est que l’éducation biblique a été largement remplacée en Occident par l’éducation aux Comics de super-héros. Ainsi on nous dit « si Dieu existe, pourquoi tant de malheurs dans le monde ? », comme si Dieu avait à intervenir tel Superman, Batman, ou un Jedi.

Mais tous ces super-héros sont-ils des Surhommes au sens Nietzschéen du terme ? Pour être un Surhomme, selon Nietzsche, certes il faut posséder de la force supérieure en quantité et en qualité aux commun des mortels. Être fort, omnipotent, omniscient, omniprésent, immortel même. Mais tout cela ne définit ou ne suffit pas à définir le Surhomme.

J’aurai beau être tout cela que je n’en resterai pas moins un simple humain tant que je n’aurai pas renoncé à la mentalité et aux passions humaines, dont une qui ne peut que tenter un homme doué de telles qualités : le Pouvoir !

C’est peut-être pourquoi Nietzsche ne respectait qu’une seule religion : le bouddhisme. Car le bouddhisme est une religion du renoncement ; renoncement à vouloir et à pouvoir.

Selon Nietzsche on passe de l’étape d’humain « doué » (celui qui possède toutes ces forces en quantité et qualité) à l’étape de Surhomme en renonçant au monde et donc au pouvoir sur le monde. C’est-à-dire qu’on ne cherche plus par ces forces en surnombre à gouverner le destin de l’humanité ni en bien ni en mal ; lorsqu’on se sépare de l’humanité et du monde.

Est donc Surhomme l’extra-terrestre (tant qu’on en a pas rencontré) et/ou Dieu. Devenant Surhomme un humain en deviendrait l’égal de Dieu, c’est-à-dire laisserait l’humanité à elle-même en renonçant à agir tant en bien qu’en mal sur le destin de celle-ci.

Voir les commentaires

Point de vue religieux sur les djihadistes et islamistes

Publié le par Philippe Le Bihan

L'islamisme n'est pas une doctrine politique mais religieuse, c'est un fait. Aussi je l'analyse de son point de vue religieux avec le Coran.

On pourra me reprocher d'évoquer la notion de "fin du monde", mais après tout en notre époque beaucoups en parlent d'une telle fin dont notamment le GIEC et les écologistes ("si nous ne faisons rien nous serons ensevelis par la montée des océans", etc.)...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>